L’identification par le tatouages

Identifier un suspect à partir de ses tatouages, c’est l’objectif d’un logiciel récemment mis au point par une agence fédérale américaine et financé par le FBI. Laurent LaSalle, chroniqueur et journaliste techno, nous en dit plus sur ce programme informatique qui transforme les tatouages en mouchards.

Développé par le National Institute of Standards and Technology (NIST), qui dépend du département américain du Commerce, le logiciel Tatt-E (Tattoo Recognition Technology Evaluation) a été entraîné à reconnaître les tatouages et à les relier aux personnes qui les portent.

Il a été alimenté de nombreuses photos de tatouages recueillies par les forces de l’ordre au fil du temps.

Le logiciel Tatt-E affiche au mieux un taux de succès de 67,9 % au premier essai. Une précision inférieure à celle de la plupart des algorithmes de reconnaissance faciale.

De plus, l’Electronic Frontier Foundation, un organisme à but non lucratif qui milite pour la protection des droits des internautes, a pointé l’absence de statistiques sur les faux positifs parmi les documents rédigés par les chercheurs de la NIST. Le taux de réussite de 67,9 % est donc probablement surestimé.

Au-delà de la question de sa fiabilité, ce logiciel soulève également des interrogations sur le plan de la liberté d’expression, car si la forme de nos empreintes digitales ou l’apparence de notre iris constituent des marqueurs purement physiques, les tatouages traduisent des idées, des passions, des croyances religieuses ou encore des appartenances politiques