Pourquoi tatouage et soleil ne font pas bon ménage ?

« Exposer son tatouage au soleil, c’est dangereux ? Pourquoi ? Et surtout, comment bien protéger ma peau tatouée ? » Vous venez de vous faire tatouer et mille et une questions se bousculent dans votre tête. Avant de partir en vacances, on fait le plein de réponses avec le Dr Deshayes, dermatologue, consultant scientifique La Roche-Posay.
Que l’on parte en Bretagne ou sous les sunlights des tropiques, il faut toujours protéger sa peau si l’on s’expose au soleil. Les médecins le martèlent à juste titre depuis des années. Mais il convient de redoubler de vigilance lorsque l’on vient de se faire tatouer afin de préserver sa santé.

UN TATOUAGE RÉCENT AU SOLEIL EST UNE PLAIE À SURVEILLER

Un tatouage récent est comme une cicatrice qui met un certain temps à guérir. Il faut donc éviter de le mettre au soleil au risque d’avoir une inflammation puis une hyperpigmentation (des tâches plates de couleur plus ou moins foncée). Le Dr Deshayes nous explique : « Toute inflammation, même une petite griffure superficielle présente un risque de pigmentation de la peau. » Ainsi, l’on doit protéger au maximum son tatouage dès le début pour qu’il reste intact, ou presque, le plus longtemps possible.

TATOUAGE AU SOLEIL : LE CAS DE L’ENCRE

Le tatouage est une injection d’un produit pigmenté au niveau du derme. En outre, le tatouage risque de pâlir, voire de changer de couleur, au soleil. Un léger changement physique aux lourdes conséquences psychologiques sur la personne tatouée. Ne l’oublions pas, un tatouage est un acte irréversible. Il restera à vie donc il mérite assurance et réflexion quant à la zone, à la taille etc. Et surtout plusieurs rendez-vous avant de passer à l’acte ! « Un bon tatoueur ne tatoue jamais quelqu’un d’emblée », nous rappelle le dermatologue.

COMMENT PROTÉGER SON TATOUAGE DU SOLEIL ?

Il est primordial d’éviter les coups de soleil sur un tatouage. Pas de secret : les premiers mois, on l’évite absolument. Si l’on n’a pas le choix, on se met à l’ombre et on applique régulièrement un écran total. Pour que la cicatrisation soit complète, il faut compter un an, nous rappelle le dermatologue, après quoi le risque de pigmentation baisse. Et si jamais la brûlure survient malgré tout, la meilleure solution reste la Biafine en couche épaisse jusqu’à ce que la peau ne boive plus la pommade.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *